Archive de l’étiquette Josué

DIEU ÉTABLIT JOSUÉ COMME SUCCESSEUR DE MOÏSE (Josué 1:1-18)

DIEU ÉTABLIT JOSUÉ COMME SUCCESSEUR DE MOÏSE

Josué 1: 1-18
Verset clé: 1: 6

« Fortifie-toi et prends courage, car c’est grâce à toi que ce peuple héritera du pays que j’ai juré à leurs pères de leur donner. »

La parole d’aujourd’hui concerne la période de transition dans l’histoire d’Israël. Scripturairement, la première section composée par les 5 premiers livres appelés « Pentateuque » décrit la période de promesse commençant par les patriarches, avant l’arrivée du peuple d’Israël au pays de Canaan, et prenant fin avec la deuxième section composée par 12 autres livres historiques. Ces 12 autres livres commencent par Josué, qui décrit la conquête de Canaan, Terre promise. Pour rappel, vous pouvez le mémoriser Moïse (5 lettres) puis Terre Promise (12 lettres). Au total 17 lettres correspondant au nombre des prophètes qui sont 17 donc 34 lettres au total. Ajoutez à cela les 5 livres poétiques. Cela donne, au total, 39 livres de l’Ancien Testament. Aujourd’hui, nous étudierons d’abord le personnage de Josué, successeur de Moïse. Ensuite, nous analyserons les instructions données par Dieu pour lui, général. Enfin nous allons apprendre, le courage comme qualité pré requise du chef. Quelle est la source de cette grande vertu ? Que Dieu vous bénisse avec un mot qu’il vous accorde dans vos vies par ce message de Josué!

Premièrement, Dieu établit le général Josué comme successeur de Moïse. Lorsqu’on regarde l’histoire de Moïse, le serviteur de Dieu, nous voulons être un aussi grand serviteur que Moïse. Il est décrit comme un homme dont l’humilité surpasse n’importe quel homme sur la surface de la terre (Nombres 12: 3). Comme vous le savez par le film célèbre, il était le prince d’Egypte. Mais il était un homme de foi qui refusa d’être nommé prince, mais préférait d’être maltraité avec le peuple de Dieu que d’avoir la jouissance éphémère du péché au palais royal. En fait, il s’agit de son système de valeur selon lequel le trésor de l’Egypte était sans valeur par rapport à la souffrance de l’exode et la conduite du peuple dans le désert. Il préfigurait le Christ. Maintenant le temps était arrivé pour un changement de leader. C’est un fait pathétique que de voir un si grand serviteur, Moïse, ne pouvant réaliser son rêve de voir la terre promise en raison de sa faute d’avoir frappé 2 fois au lieu d’une fois le rocher ayant permis d’étancher la soif du peuple. Mais c’était la volonté de Dieu. Ce n’était pas un échec, comme on peut imaginer, mais c’était plutôt la fin d’une période pour commencer une nouvelle ère pour Israël. En effet, tous ceux qui commettaient le péché d’incrédulité au-dessus de l’âge de 20 ans décédaient dans le désert sauf Caleb et Josué, et maintenant la volonté de Dieu était de voir enterrer Moise dans le désert comme partie prenante du sort de son propre peuple incrédule et maudit. En tout cas, si l’ère de Moïse est l’ère de la promesse, l’ère de Josué qui commence sera l’ère de conquête, c’est-à-dire l’accomplissement de la promesse, d’où ce changement. Il en est de même pour la vie de chacun. S’il y a une période de promesse, il y a aussi une période d’accomplissement, et le nouvel homme est nécessaire. Mais l’accomplissement de promesse n’est pas une offre gratuite, mais il demande un coût, la conquête. Un jeune homme a goûté l’amour de Dieu une fois, après quoi il quitta Dieu pour une vie errante. Mais ce moment de goût de grâce était une chose inoubliable pour lui. Au moment de difficulté, il se souvint de ce moment et décida de retourner à Dieu, un peu comme le fils prodigue. De retour, Dieu lui donna une nouvelle direction de la vie, dans la maison du Père. L’histoire d’Israël peut se diviser en 3 périodes: esclavage en Egypte avec la vie princière de Moïse. La vie de désert du peuple et de Moïse, et la conquête de Canaan du peuple et de Josué. En tout cas, comme la dernière scène, Moïse monta sur le mont Nébo et regarda toute la plaine de la terre promise, et y mourut (Dt 32: 48-52). Maintenant, Dieu allait établir un successeur de Moïse. Il choisit le général Josué comme son successeur et lui donna des instructions sur la façon d’être le chef de son peuple. Si Moïse était un homme de la loi, Josué était un homme de guerre. Nous ne savons pas pourquoi Dieu a choisi Josué comme successeur de Moïse. Pendant le vivant de Moïse, il entraina plus d’une fois Josué. Il l’accompagnait pendant son séjour sur le mont Sinaï avant de recevoir les dix commandements. L’événement le plus saillant avait été l’envoie de 12 hommes, incluant Josué, à Canaan comme espions. 10 princes murmuraient, de retour, en raison de la puissance et la haute taille des habitants, alors qu’avec Caleb, Josué dit au peuple de monter car Dieu leur a préparé la victoire pour eux. Ici, nous trouvons chez Josué la plus grande qualité en tant du chef de guerre. La joie de s’engager dans la guerre. Qui aimerait la guerre ? Personne. Mais Josué “aimait la bataille”. Un général doit aimer la guerre. Il y a un épisode sur Washington. Selon son biographe français Guizot, quand il était jeune major, Washington fit un rapport à son supérieur qui le transmit au roi d’Angleterre, en 1754, George III, dans lequel il dit, “J’ai entendu siffler les boulets ; il y a dans ce son quelque chose de charmant”. Etonné, le roi dit, qu’il n’en parlerait pas de la sorte, s’il en avait entendu beaucoup.” Quoi que plus tard, Washington reconnût qu’il était à l’époque encore trop jeune pour le dire, mais ces mots de jubilation de soldat au milieu de la guerre nous en disent long sur l’homme de guerre qui n’a pas de peur mais, au contraire, aime la bataille. C’était une grande qualité du chef, que d’aimer la bataille. Il en est de même pour la guerre spirituelle. Quand les âmes sont capturées par Satan, qui peut sentir the thriller and suspense ? L’équivalant d’un « Washington ». En effet, Washington avait un grand admirateur de l’histoire de la guerre en France : Napoléon. Selon André Castelot, son biographe, quand en 1800, Washington décéda, Napoléon dit, “Washington est mort. Ce grand homme s’est battu contre la tyrannie. Il a consolidé la liberté de sa patrie. Sa mémoire demeurera toujours chère au peuple français comme à tous les hommes libres des deux mondes?” Ironiquement, Napoléon était à ce moment sur le chemin de couronnement impérial. En tout cas, il ordonna que pendant dix jours, des crêpes noirs soient suspendus à tous les drapeaux et guidons de la République.” Albert Barnes, autre biographe de Washington, en accentuant sa spiritualité qui était la clé de la victoire, dit, “L’exemple de Washington sera un reproche et une condamnation pour le guerrier, pour l’homme d’état, qui jamais n’implore la bénédiction de Dieu sur son pays; mais ce sera un sujet d’encouragement pour ceux qui demandent au Seigneur la délivrance à l’heure du danger.” En effet, quand les soldats passaient par une situation dramatique de famine et que les blâmes contre eux ne cessaient de monter, le généralissime se retirait dans un lieu désert et se courbait devant Dieu pour qu’il vînt protéger l’armée et bénir le pays.

Deuxièmement, Dieu donna à Josué plusieurs instructions en tant que chef (1-5). Regarder versets 1-2. « Après la mort de Moïse, serviteur de l’Éternel, l’Éternel dit à Josué, fils de Noun, assistant de Moïse : Moïse, mon serviteur, est mort ; maintenant, lève-toi, traverse le Jourdain que voici, toi et tout ce peuple, en direction du pays que je donne aux Israélites. » Ces versets impliquent que de la même manière que Moïse avait traversé la mer Rouge comme une terre sèche, le peuple sous la direction du général Joshua, traversera la rivière de Jourdain. Ces versets impliquent que Dieu ne leur donnerait pas la terre promise gratuitement. Ils doivent traverser le Jourdain et affronter les ennemis ont fait une ligne de défense. Donc, la foi absolue est nécessaire. Dans l’immédiat, Josué, le successeur de Moïse, devra combattre et vaincre la terre promise. La terre promise est promise par Dieu mais elle ne saurait être donnée sans coût. Le peuple doit monter et combattre et prendre possession du territoire.

Le territoire de la terre promise n’était pas petit. C’était un vaste pays avec plus de cinquante tributs. Regardez les versets 3-5. « Tout lieu que foulera la plante de votre pied, je vous le donne, comme je l’ai dit à Moïse : Vos frontières s’étendront depuis le désert et le Liban que voici, jusqu’au grand fleuve, le fleuve de l’Euphrate, tout le pays des Hittites et jusqu’à la grande mer, au soleil couchant. Nul ne tiendra devant toi, tous les jours de ta vie. Je suis avec toi comme je l’ai été avec Moïse ; je ne te délaisserai pas, je ne t’abandonnerai pas. » Le peuple d’Israël n’était pas assez fort pour se battre contre tant de pays ennemis et les vaincre. Mais c’était possible quand leur chef était fort et courageux.

Troisièmement, soyez fort et courageux (6-9). Au verset 6, Dieu dit au général Josué, « Fortifie-toi et prends courage, car c’est grâce à toi que ce peuple héritera du pays que j’ai juré à leurs pères de leur donner. » Au début du verset 7, Dieu dit à Josué: « Seulement fortifies-toi et aies bon courage. »
Ici, nous devons réfléchir à ce que signifie être fort et courageux. La première condition pour être leader est d’être fortifié et avoir un bon courage. Sans l’être et en avoir, personne ne peut être un leader. Nous aimons l’histoire de Napoléon Bonaparte; il y a un rêve caché dans le cœur de tous les hommes de s’assimiler au général Napoléon et à l’empereur Napoléon. Napoléon Bonaparte était un homme très fort et un génie dans la stratégie militaire. Comme nous le savons, il y avait une armée alliée russo-autrichienne de plus de 100 000 hommes. L’armée du général Napoléon Bonaparte n’excédait pas 10 000 hommes. L’armée de Napoléon était encerclée par l’armée alliée russo-autrichienne sur trois côtés, et de l’autre côté se trouvait la mer ouverte. Les commandants russo-autrichiens étaient sûrs qu’ils pourraient les capturer ou les jeter à la mer. Dans cette situation, Napoléon n’était pas faible. Il était fortifié et très courageux. Il était plus que confiant en pensant qu’il les vaincrait, même si le nombre de soldats ennemis était dix fois plus grand que le sien. En outre, leur quartier général était fortifié en se situant sur la haute colline. Mais quand Napoléon avait un esprit fort et courageux, Dieu lui donna la sagesse pour vaincre l’armée alliée russo-autrichienne de 100 000 habitants. Napoléon forma 100 hommes qui étaient dans le passé des experts en guérilla. Après dix jours d’entraînement, il envoya ces guérilleros dans la forteresse du quartier général. Ensuite il ordonna environ 200 soldats de jouer de déserteurs, et le reste de ses soldats à monter à l’arrière de la montagne où se situait la forteresse du quartier général. Quand les « déserteurs » fuyaient, le commandant de l’armée russo-autrichienne les a fait suivre et ceux qui étaient dans la forteresse sont tous sortis pour attaquer les « déserteurs », les soldats en fuite de Napoléon. De nulle part, il y avait de la fumée et du feu qui surgissait dans la forteresse du quartier général russo-autrichien. Les guérilleros de Napoléon tuèrent tous les commandants et officiers de haut rang dans la forteresse. Ensuite, ceux qui étaient montés à l’arrière de la forteresse du quartier général se mirent à chasser l’armée russo-autrichienne. Ce jour-là ceux qui se sont noyés parmi les soldats russo-autrichiens étaient plus que ceux qui ont été attrapés par les soldats de Napoléon. A cause de cet événement, Napoléon devint très célèbre. Napoléon était un homme de courage et un génie stratégie militaire. Mais son intégrité humaine était compromise à cause de sa fierté humaine. Alors tous les Européens commencèrent à le détester et se dresser contre lui. Un jour, quand il manqua d’estomac, il fut vaincu par Wellington, un général anglais. Un autre chef était Adolph Hitler. Il était très beau et un génie de la parole. Pour cette raison, tous les Européens, surtout les jeunes, étaient fascinés par son apparence et son pouvoir de parole. Ils le soutenaient aveuglément. Leur soutien était plus important que celui des gens de ses propres pays. Ses soutiens venaient principalement de tous les autres pays européens, sauf l’Angleterre. Il avait l’air d’avoir du courage, mais il n’en avait pas en réalité. Il était menteur. Faisant polémique de discrimination raciale, il massacrait d’innombrables juifs qui, en réalité, avait construits et éduqués l’Allemagne. Après le massacre des Juifs, sa popularité diminua. De cette façon, il perdit son pouvoir en tant que chef suprême. Et en même temps, il perdit la seconde guerre mondiale et se suicida.
Nous avons réfléchi un peu sur les hommes de courage de l’histoire humaine. Leur courage surgissait en fonction de la situation nationale ou de leur caractère personnel. Mais bibliquement parlant, « fortifie-toi et aie du bon courage » signifie avoir beaucoup de courage en ayant un amour absolu de Dieu dans le cœur.

Cela semble ironique, car l’amour est attendrissant. Mais c’est vrai. Quand on aime Dieu avec toute notre force, Dieu nous donne un courage et une sagesse inexprimable. C’est le raison Deutéronome 6: 5 dit: « Tu aimeras l’Eternel ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme et de toute ta force. » Ce verset était le secret qui permit au peuple d’Israël de conquérir le peuple dans la terre promise, et de maintenir la bénédiction de Dieu jusqu’à la fin.

Le vrai courage n’est pas un combat de duel. Une fois Alexandre Pouchkine entendit que D’Anthès fit une manœuvre de séduction envers sa femme et mis en circulation une lettre d’insulte à son égard. Il le défia par un duel. Ce plus grand poète russe décéda par la blessure d’une balle. Combattre des duels n’est pas le vrai courage. Ce n’est rien d’autre qu’une fierté inutile. Si le malheureux Pouchkine avait connu l’amour de Dieu. Lorsque nous examinons l’histoire du monde, c’est toujours l’histoire de l’amour. Celui qui aime la femme sentimentalement succombe dans la vanité et parfois à la fin tragique. Mais celui qui aime Dieu est grand car il va jusqu’à aimer ses ennemis. C’est la source de courage. Paul a dit dans Romains 8: 35-37: « Qui nous séparera de l’amour de Christ ? La tribulation, ou l’angoisse, ou la persécution, ou la faim, ou le dénuement, ou le péril, ou l’épée ? Selon qu’il est écrit : A cause de toi, l’on nous met à mort tout le jour. On nous considère comme des brebis qu’on égorge. Mais dans toutes ces choses, nous sommes plus que vainqueurs par celui qui nous a aimés. » Paul, qui avait expérimenté l’amour de Dieu, était un homme de courage. Paul était dans une prison romaine; il était vieux et fatigué. Mais il enseigna la Bible aux immigrants juifs de sa cellule de prison. Ses compatriotes ne tenaient pas leurs promesses de venir étudier biblique. Ils étaient spécialistes pour poser un lapin. Alors il enseignait la Bible à la garde de prison. Cela venait de l’amour de Dieu qu’il avait reçu du Christ ressuscité quand il fut appelé sur le chemin de Damas et il le nomma comme apôtre pour les païens. Paul savait qu’il était responsable d’une tâche d’évangéliser le monde entier. En réalité, il conquit le monde avec l’évangile de Jésus. Il n’avait pas peur du malentendu de son peuple ni le procès et ni l’emprisonnement. Nous ne savons pas comment il mourut, parce qu’il n’y a pas de légende à propos de sa mort. Mais il est très certain qu’il fut mort par martyr. Il n’avait pas peur d’être martyre, parce qu’il était courageux dans l’amour de Dieu. L’amour de Dieu change un homme. L’amour de Dieu change le monde. L’amour de Dieu change tous les faibles et les paresseux et tous les hommes charnels. Lorsque nous étudions l’évangile de Luc, nous voyons le bébé dans une mangeoire. Le bébé dans une crèche révèle l’amour de Dieu pour toute l’humanité. Dieu donna son fils unique en rançon pour le péché du monde. Jésus fut crucifié par les mains des soldats inhumains. Cela nous en dit long que le vrai courage vient de l’amour de Dieu.

L’amour de Dieu vient quand nous obéissons à la parole de Dieu. Regarde le verset 7. « Seulement fortifie-toi, aie bon courage, en observant et en mettant en pratique toute la loi que t’a prescrite Moïse, mon serviteur : ne t’en détourne ni à droite ni à gauche, afin de réussir partout où tu iras. » Aussi le verset 8 dit: « Ce livre de la loi ne s’éloignera pas de ta bouche ; tu y méditeras jour et nuit pour observer et mettre en pratique tout ce qui y est écrit, car c’est alors que tu mèneras à bien tes entreprises, c’est alors que tu réussiras.  » La sagesse humaine a une grande limite. Le magazine Time a choisi en 1999 l’homme du siècle Albert Einstein. En Amérique dans le passé, il y avait des panneaux dans de nombreux endroits qui se lisaient : « Pas de chiens. Pas de Juifs. » Il est ironique que l’Amérique autrefois ayant dédaignée les Juifs, honore un Juif comme « l’homme du siècle». Einstein était juif et il avait vécu en Allemagne. Mais il n’aimait pas qu’Hitler tuât son peuple. Alors il vint aux Etats-Unis d’Amériques et découvrit la formule pour la fabrication des bombes atomiques. Evidemment, il est très célèbre en raison de sa théorie de la relativité et il fut choisi comme « homme du siècle » en Amérique parce qu’il a contribué à la découverte de la formule de bombes atomiques pour le gouvernement américain. Cependant, quand nous savons plus sur Einstein, nous constatons qu’il s’est tellement concentré sur son travail qu’il ne savait même pas quand sa femme l’avait quitté. Sa vue était très faible, alors il utilisa une loupe pour lire quelque chose. Enfin il dit, « Le secret de ce monde est qu’il est fait par Dieu. » Mais il n’avait pas moindre espace dans son cœur pour avoir Dieu ou aimer Dieu. Il jouait de temps en temps du violon quand il était seul. Mais sa performance en tant que violoniste était médiocre. Il était bien évidemment un grand homme adoré par tous les scientifiques. Mais il était comme un orphelin dans un orphelinat. Celui qui sait l’amour de Dieu aurait dû l’adopter pour qu’il apprenne l’amour de Dieu. Alors, il aurait pu se reposer dans son âme. Il aurait pu avoir la paix de Dieu dans son âme. Il aurait été obligé d’aimer sa femme. Et il aurait eu plusieurs enfants autour de lui. Mais c’était impossible, car il vivait dans le monde de la théorie. Par contre, presque même époque, les Russes dans leur journal « Pravda » affirmèrent qu’Albert Schweitzer était la lumière du 20 ème siècle.

Les années 1980 étaient une « génération X ». Les millénials sont appelés « génération Y » un peu comme BangTanS. Après l’an 2000 c’est “génération Z” (ou C) utopiste peu docile versée à l’informatique décomplexée à l’erreur. Quoi que les générations changent, les gens postmodernes ont ce caractère constant et commun qui est de ne pas trop aimer Dieu et ne pas obéir trop à sa parole de Dieu. Par conséquent, les gens, malgré l’abondance, mènent une vie de défaite, et le taux de suicide ne cesse d’augmenter. C’est la raison pour laquelle Dieu veut nous parler à travers la parole dite au général Josué: « Observe et mets en pratique toute la loi que t’a prescrite Moïse, mon serviteur. « (7). Comment pouvons-nous garder la parole de Dieu sans cesse? En regardant toutes choses du point de vue de la parole de Dieu. Quand nous voulons garder la parole de Dieu dans nos cœurs, nous sommes confrontés à la différence culturelle, et à la philosophie des gens modernes et à l’obsession dénaturée des jeunes dans cette génération. Ils pensent pouvoir réaliser quelque chose de fou, gagner beaucoup d’argent, puis vivre pour toujours avec l’argent qu’ils ont gagné, en allant comme phénomène à la retraite à 40 ans. Mais leur vie est perdue dans ce psyché moderne du matérialisme. Donc, Dieu dit au général Josué: « Ne te détourne pas de à droite ou à gauche « (7). Il dit aussi au général Josué: « Ce livre de la loi ne s’éloignera pas de ta bouche; tu l’a méditeras jour et nuit … « (8). C’est ainsi que nous pouvons être fortifiés et avoir du courage: en gardant la parole de Dieu dans nos cœurs comme notre norme de vie. Parfois nous nous laissons tenter par gauche; parfois nous nous laissons tenter par droite. Mais la parole de Dieu nous oblige à rester fermes. Sans les mots de Dieu, nous devenons tantôt éparpillés tantôt promiscues. Le cœur faible ne plaît pas à Dieu. Nous devons avoir la parole de Dieu dans nos cœurs et nous tenir fermement debout. Donc, Colossiens 2: 6,7 dit: « Ainsi comme vous avez reçu Christ-Jésus, le Seigneur, marchez en lui; soyez enraciné et fondé en lui, affermis dans la foi d’après les instructions qui vous ont été données, et abondez en actions de grâces.” Ces versets expliquent pleinement que nous devons prendre racine dans la parole de Dieu et continuer de grandir comme un grand arbre pour ne pas tomber par des vents orageux ou la vie mondaine futile.

Lorsque nous résumons ce à quoi nous avons pensé jusqu’à présent dans cette lecture, nous pouvons arriver à la conclusion que sans l’aide de Dieu, nous ne pouvons pas être forts ni être des hommes courageux. Il est vrai que Dieu est tout-puissant. Dieu créa les cieux et la terre. Et Dieu donna à chacun de nous sa vie pour vivre dans ce monde pendant un certain temps mais pas au-delà. Dieu est la source de la puissance et Dieu est la source de l’amour. La puissance de Dieu, c’est l’amour de Dieu. Une véritable chef est un homme de Dieu qui a la puissance et l’amour de Dieu en lui-même.

Quatrièmement, les gens reconnaissent que Josué est leur commandant (10-18). Quand nous étudions l’histoire du monde, nous nous souvenons toujours de Jules César et Brutus, et Lénine et Staline, et Wilhelm II et Bismarck. Les politiciens mondains avaient vraiment voulu avoir un successeur approprié après eux. Un bon exemple est Lénine et Staline. Mais quand Staline surgit au pouvoir, Lénine, vieux et malade voulut le chasser. Mais, par tous les moyens, Staline accéda au pouvoir. Il tuait les gens selon ce que Lénine avait planifié. L’histoire du monde n’est rien qu’une lutte de pouvoir et une activité de lobbying. Ceux qui luttent pour le pouvoir vainquent les adversaires. Ceux qui sont intelligents et faibles veulent obtenir des avantages à travers le lobbying.

Pourquoi le peuple d’Israël a-t-il reconnu le général Josué comme leur commandant? C’est parce qu’ils ont senti qu’il avait l’Esprit de Dieu et qu’il avait la parole de Dieu. Au fur et à mesure qu’il médite la parole, la force de Dieu lui venait dans les veines. En effet, bien que Dieu dise seulement à Josué de méditer la parole nuit et jour, cela comprend aussi parfois les ordres de bataille. Dans les livres de Moïse, il y a la partie qui dit d’effacer de la terre tout l’ennemi de Dieu, tel Madianites (Nb 31:2). Alors méditer la parole signifie que le peuple se prépare à cette situation délicate de la guerre. Il devrait dans la guerre de conquête traiter le peuple ennemi sans ménagement. Ca fait peur. Mais le peuple le pourra, car cette force vint de Dieu. De cette façon, Josué ressemblait à un fort et dirigeant courageux contre lequel personne ne peut rien dire.

Regardez les versets 10-11. « Alors Josué ordonna aux officiers du peuple: Parcourez le camp et voici ce que vous commanderez au peuple: Préparez-vous des provisions, car dans trois jours vous traverserez le Jourdain que voici pour aller conquérir le pays dont l’Eternel, votre Dieu, vous donne la possession.” L’ordre du général Josué était tonitruant et terrifiant pour le peuple d’Israël. Traverser le Jourdain, qui était la ligne de défense, était au-delà de toute imagination au peuple d’Israël. Mais quand Josué leur dit avec l’autorité de Dieu, et selon la promesse de Dieu, les gens ont immédiatement répondu à son commandement. Le général Josué donna des ordres spéciaux aux Rubénites, les Gadites et la demi-tribu de Manassé. Son ordre était le suivant: « Rappelez-vous ce que Moïse, serviteur de l’Eternel, vous a commandé quand il a dit: l’Eternel, votre Dieu, vous accorde le repose; il vous a donné ce pays. Vos femmes, vos petits-enfants et vos troupeaux demeureront dans le pays que vous a donné Moïse en Transjornanie. Mais vous, vous passerez en ordre de bataille, devant vos frères, vous tous, vaillant guerriers, et vous les aiderez, jusqu’à ce que l’Eternel ait accordé du repos à vos frères comme à vous, et qu’ils soient, eux aussi, en possession du pays que leur donne l’Eternel, votre Dieu. Puis vous reviendrez prendre possession du pays qui est votre propriété. Moïse serviteur de l’Eternel vous l’a donné, en Transjordanie, au soleil levant.” (13-15). Si le général Joshua avait ordonné, « Avancez et attaquez », il aurait été plus faciles pour eux d’y obéir. Mais le général Josué ordonna aux chefs tribus, les Rubénites et les autres, « Laissez les membres de votre famille derrière vous et allez-vous battre; aidez d’abord vos frères sans défense. Après cela vous pouvez revenir pour occuper votre propre terre. » C’est une commande très difficile à obéir. D’habitude nous travaillons pour nos enfants et nos familles. Mais général Josué leur ordonna de se battre et de mourir afin d’aider les tribus plus faibles de son peuple en premier, et les permettre d’avoir leur territoire. Après quoi, ils pourraient revenir pour s’occuper de leur propre territoire. Pensez-vous qu’ils auraient pu lui obéir ? Si nous disons aux gens un à un: « Va, travaille durement et gagne de l’argent pour tes frères, et ensuite gagne plus d’argent pour toi-même, » alors personne ne dira, « Amen. » Ils répondraient : « Est-ce à moi que tu parles? » Mais le peuple d’Israël obéit au commandement de Josué comme ils avaient obéi à Moïse. Voyons ce que leur réponse était. Regardez les versets 16-18. « Ils répondirent à Josué : Nous ferons tout ce que tu nous a ordonné et nous irons partout où tu nous enverras. Nous t’obéirons comme nous avons obéi en tout à Moïse. Que seulement l’Eternel, ton Dieu, soit avec toi comme il l’a été avec Moïse! Quiconque sera rebelle à ta voix et n’obéira pas à tes paroles, à tout ce que tu lui commanderas, sera puni de mort. Seulement, fortifie-toi et prends courage!”

C’est vraiment étonnant qu’ils aient non seulement obéi, mais aussi fortement encouragea Josué en disant: « Seulement, fortifie-toi et prends courage!” Ici nous apprenons que le peuple d’Israël voulait un chef fort et courageux au-dessus d’eux. Comment un leader peut-il se fortifier et prendre courage? Comme le disent les versets 7 à 8, pour se fortifier et prendre courage, ils doivent obéir à la parole de Dieu et être fermes dans la parole de Dieu. Ils doivent aussi être des hommes de pensée qui méditent la parole de Dieu jour et nuit.
À travers le chapitre 1 de Josué, nous apprenons que Dieu a établi avec succès Josué comme successeur de Moïse. Au moment de nommer Moïse comme successeur, Dieu lui donna quelques mots. Le point principal est « Sois fort et très courageux observez la loi de Dieu jour et nuit; ne pas s’égarer la gauche ou la droite. « Lorsque nous examinons attentivement ce que nous avons étudié, le courage vient de la parole de Dieu. Le courage vient aussi quand on aime Dieu de tout notre cœur, force et âme. Pourquoi y a-t-il tant de gens qui sont lâches ces jours-ci? C’est parce qu’ils n’ont pas la parole de Dieu dans leurs cœurs. Ayons la parole de Dieu dans nos cœurs et soyons forts et hommes courageux de Dieu.