L’ANNONCE DE LA NAISSANCE DE JÉSUS (Luc 1:26-38)

L’ANNONCE DE LA NAISSANCE DE JÉSUS (Luc 1:26-38)

L’ANNONCE DE LA NAISSANCE DE JÉSUS

Luc 1: 26-38
Verset clé: 1:38

« Marie dit : Voici la servante du Seigneur ; qu’il me soit fait selon ta parole. Et l’ange s’éloigna d’elle.»

Le passage d’aujourd’hui est le message de Noël dit par l’ange à Marie, une belle jeune fille du pays. Le point clé du message est la naissance de Jésus par le sein de Marie, qui était fiancée à Joseph. Voyons comment elle répondit au message de l’ange et apprenons quelque chose de précieux à propos de Marie. Dans son message, l’ange présente qui est Jésus et qu’est-ce que le royaume de Dieu. Aujourd’hui, réfléchissons sur l’obéissance absolue de Marie.
Premièrement, une grâce a été faite à toi (26-30).

Regardez le verset 26. « Au sixième mois, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée du nom de Nazareth, chez une vierge financée à un homme du nom de Joseph …  » « Au sixième mois » se réfère à Elizabeth, enceinte depuis six mois. Regardez le verset 27. « … chez une vierge fiancée à un homme nommé Joseph, de la maison de David ; le nom de la vierge était Marie. » Marie était une vierge qui vivait dans un petit village appelé Nazareth, en Galilée. C’était probablement un petit et joli village de la campagne. Peut-être que dans la journée, les gens pouvaient entendre le doux chant des loriots parmi les arbres. Et la nuit, de l’autre côté des collines, tout le monde pouvait entendre la huée solitaire du hibou. Quelle joie les garçons et les filles ont dû avoir, quand ils se rencontrèrent par hasard et se regardèrent avec un air d’innocence. Certainement Marie était la plus heureuse parmi toutes les filles et elle ne pouvait pas contenir la joie de ses beaux rêves d’un doux foyer qu’elle aurait avec Joseph. Son doux rêve semblait durer éternellement.

Or, un jour, quelque chose d’inhabituel se passa ! Regardez le verset 28. Un ange entra chez elle et dit: « Je te salue toi à qui une grâce a été faite : Le Seigneur est avec toi. Troublé par cette parole, elle se demandait ce que signifiait une telle salutation. » (29) Marie aimait vraiment Joseph. Marie avait fait un engagement personnel avec Joseph. Donc le cœur de Marie était rempli de Joseph. Marie sentit qu’elle était dans le même bateau que Joseph. Elle était prête à naviguer le temps de la douce brise de la vie ainsi que le temps de des vagues turbulentes de la mer avec Joseph. Elle n’avait pas besoin de la faveur de quelqu’un d’autre, pas même celle d’un ange. L’ange avait peur que Marie fut surprise, ne sachant pas ce qui l’interrompait dans sa vie de rêve. Marie se demanda quel genre de grâce cela pouvait être. Elle parut très calme. Mais pour une jeune fille, le message de l’ange était tintamarresque.
L’ange était désolé que Marie ait eu peur. Alors l’ange s’aperçut que Marie devait savoir qui était Jésus et à quoi ressemblait son royaume. En effet, le royaume de Dieu résout le problème fondamental de toute l’humanité. Donc, l’ange s’engagea dans le vif sujet pour l’accomplissement de sa mission. Regardez au verset 30. « L’ange lui dit: Sois sans crainte, Marie ; car tu as trouvé grâce auprès de Dieu.” Marie était très heureuse avec la faveur de Joseph. Pourquoi l’ange dérange-t-il Marie avec une autre faveur? Généralement, la faveur signifie obtenir l’aide de quelqu’un d’autre. Les chrétiens séculiers pensent que recevoir la faveur de Dieu, c’est recevoir de nombreuses bénédictions humaines. Mais le concept biblique de « faveur » est différent. Le mot grec « faveur » a la nuance du mot « grâce ». Ici, la grâce est la beauté de Jésus. La Bible nous dit que ceux qui connaissent la beauté de Jésus font quelque chose pour la gloire de Dieu. Ceux qui connaissent la beauté de Jésus ne cherchent pas à se satisfaire égoïstement, mais vivent pour le besoin des autres. Nous les trouvons dans le cas de beaucoup de servantes qui ont choisi le chemin du célibat. Elles donnent leurs choses, et rendent ce qu’elles reçoivent. Paul vit qu’inversement, ceux qui consacrent leur vie pour la mission reçoivent en même temps la grâce de Dieu (Rm 1: 5; Ph 1:29). Ceux qui veulent recevoir toujours la faveur de Dieu ou de l’homme sont susceptibles de perdre la grâce, même le peu qu’ils ont reçu. Pour le chrétien, l’entrainement de maintenir la grâce est la chose la plus difficile. La vie bénie par Dieu dans sa grâce est semblable à un arbre planté près d’un cours d’eau. Il reçoit l’eau et le soleil, et ne cesse de se donner pour le besoin des autres, par du fruit, de l’ombrage, des branches pour que les oiseaux se reposent, etc. C’est ainsi que l’arbre grandit. C’est ainsi que l’arbre devient robuste.

Quelle était la faveur de Dieu pour Marie ? Regardez le verset 31. « Voici : tu deviendras enceinte, tu enfanteras un fils, et tu l’appelleras du nom de Jésus. » La faveur de Dieu pour Marie était de porter l’enfant Jésus et de l’accoucher avant son mariage. Quelle mission difficile pour elle! Elle était une femme fiancée à Joseph. A cette époque, dans le monde juif, les fiançailles équivalaient au mariage. Les beaux rêves de Marie étaient sur le point d’être réalisés. Mais avant le mariage, Marie devait concevoir et porter l’enfant Jésus.

Notre Dieu est le Dieu saint. Notre Dieu est Dieu Tout-Puissant. Ce grand Dieu ne donne pas seulement sa grâce merveilleuse à chaque personne par le sang de son Fils, mais aussi il donne sa mission à réaliser pour sa gloire. Mener à bien la mission de Dieu n’est pas facile. Pour être franc, la mission de Dieu requiert tout notre cœur, toutes notre âme et tout notre esprit, même nos vies. Selon la coutume de la loi, l’enfant Jésus fut amené au temple pour être présenté au Seigneur (2:22). Siméon, qui était l’un de ceux qui attendaient le Messie, dit: « Cet enfant est là pour la chute et le relèvement de beaucoup en Israël. » (Lc 2 :34) Il a aussi prophétisé à propos de Marie. Il a dit: « Et toi-même, une épée te transpercera l’âme… » (2:35). Mener à bien sa mission en tant que mère de Jésus était si coûteux et douloureux. Les hommes pécheurs veulent être superbes en apparence, et en même temps, ils veulent être très ordinaires. La mission de Dieu pour Abraham était de surmonter son désir d’être un petit homme et grandir pour être une source de bénédiction pour tous les peuples de toutes les nations. La mission de Dieu pour le roi David était de lutter contre tous les ennemis plus forts dans la terre promise et les soumettre. Il fallait la vie totale du roi David. Mais le roi David obéit absolument à la volonté de Dieu quand il sut que Dieu prévit d’établir un royaume théocratique dans lequel son peuple pourrait vivre dans la paix et dans l’amour. Une fois, le roi David faillit être tué dans la bataille (2S 21: 15-17). La mission de Dieu pour Jean-Baptiste était de préparer le chemin pour le Seigneur. La mission de Jean était de prêcher le message de repentance dans le cadre de la préparation de la venue du Messie. Cela requit sa vie de mener à bien cette mission. Mais il obéit à la mission de Dieu absolument. L’homme est heureux quand il fait l’expérience de la grâce de Dieu. L’homme est heureux quand il trouve le sens de sa vie dans la mission de Dieu (Ep 2.10).

Dieu fit de la femme une aide appropriée (Ge 2:18). En d’autres termes, il fit de la femme la mère de l’univers. Désolé de le dire, mais depuis la chute d’Adam, le désir de la femme est maudit (Ge 3:16). La plupart des femmes sont asservies par le problème de mariage maudit. Il y a beaucoup de femmes qui n’ont pas résolu leur problème de mariage, même après leur mariage. Donc, en tant que femme, cela aurait été difficile que Marie renonçât à son rêve de mariage. Marie vivait aussi dans une société juive traditionnelle et rigide. Celles qui sont devenues enceintes avant le mariage étaient censées être lapidées à mort. A peine reçut-elle la grâce de Dieu, qu’elle devint l’objet de dédain et honte pour le monde juif. Humainement parlant, c’était impossible pour Marie d’obéir.
La mission de Dieu en tant que mère de Jésus était trop pénible à supporter. De plus, expliquer sa situation à son fiancé Joseph était une autre question, « je le dis ou ne le dis pas ? » Mais Marie était une femme pieuse même si elle était très jeune. Elle décida d’obéir à la volonté de Dieu même si son rêve de mariage et son lien d’amour avec Joseph furent brisés en mille morceaux. Robert Schumann (1810-1856) est mort jeune, d’épuisement. Après sa mort, Johannes Brahms (1833-1897) demanda la main de la veuve, Clara Schumann. Clara aimait le génie musical de Brahms. Mais elle rejeta clairement sa proposition. Elle voulait faire les compositions musicales de son défunt mari pour le rendre célèbre dans le monde entier par ses arrangements instinctifs au piano. Elle était heureuse. Brahms ne s’est alors jamais marié le reste de sa vie. Clara était victorieuse et réussit à faire de son mari une célébrité mondiale en tant que compositeur. Mais Clara ne peut pas être comparée à Marie, car Marie a donné son rêve de mariage à Dieu.
Deuxièmement, Jésus est grand parce qu’il est le Fils de Dieu.

Dans les versets 31 à 33, l’ange continue de parler de son message à Marie afin que Marie sache vraiment qui est Jésus pour que son obéissance absolue pût venir de son âme. Dans son message, l’ange introduit en premier, qui Jésus est, car Marie avait besoin de cette connaissance de Jésus pour mener à bien la grâce et la mission de Dieu. Regardez le verset 32a. « Il sera grand et sera appelé Fils du Très-Haut. » Les rois et les nations se lèvent et se déclinent. Ils sont comme les herbes et les fleurs (Esa 40: 6-8). Mais Jésus est le seul et unique Fils du Dieu tout puissant. Jésus est le Fils du Souverain de l’histoire, et son royaume est pour toujours. Notre Dieu est le seul Dieu vivant et il règne sur l’histoire du monde selon son emploi du temps. Notre Dieu est Esprit et il est immortel. Par conséquent, Jésus est grand parce qu’il est le Fils de Dieu.

Le général Montgomery (1887-1976), à la fin de son livre, mentionne les plus grands dirigeants du monde du point de vue de l’histoire du monde. Ils étaient Mohammed, Bouddha et Jésus. Il a inclus Jésus comme l’un des plus grands à cause du pouvoir et de l’autorité de Jésus dans sa parole. Tout au long de l’histoire, beaucoup ont dit toutes sortes de choses sur la grandeur de Jésus en tant que philanthrope, poète, enseignant, général, homme d’une profonde humanité, homme de douleur, homme de cœur de Dieu, etc. Ces jours-ci, en vue de Psychophysiologie, beaucoup voient Jésus comme un pauvre charpentier. Toutefois, il n’y a personne au monde aussi grand que Jésus. La grandeur de Jésus ne repose pas sur ses qualités humaines, mais sur le fait qu’il est le Fils du Dieu Très-Haut.

Par la désobéissance d’un seul homme, Adam au saint commandement de Dieu (Ge 2:17), le péché fut entré dans le monde (Ge 3: 7). Le péché a son salaire. C’est la mort (Rm 6: 23a). Mohammed, Buddha, Jules César et Napoléon Bonaparte n’étaient que des descendants d’Adam, et ils sont tous morts en Adam (1Co 15 :22). Leur misère était qu’ils sont morts dans la peur et l’incertitude après avoir durement travaillé sur la terre. Mais Jésus n’est pas un descendant d’Adam. Il est le Fils de Dieu. Jésus a été conçu par le Saint-Esprit et né de la Vierge Marie. 1 Corinthiens 15:22 dit: « Car comme tous meurent en Adam, ainsi tous revivrons en Christ. » Bien que Jésus fût le Fils du Dieu Très-Haut, il vint dans ce monde. Il s’humilia et fut né dans la crèche d’une écurie. De cette façon, Jésus s’humilia afin de sauver les hommes de leurs péchés. De plus, Jésus se dépouilla et devint comme rien. Jésus se souciait de toutes sortes de personnes nécessiteuses comme leur ami et berger. Jésus leur enseigna la parole de Dieu et planta l’espoir du royaume de Dieu dans les cœurs de son troupeau. Enfin, il donna sa précieuse vie sur la croix en sacrifice de rançon pour les péchés des hommes dans l’obéissance à la volonté de Dieu. Jésus est vraiment grand parce qu’il sauve les hommes de leurs péchés. Jésus est grand parce qu’il est le Fils de Dieu.

Troisièmement, Jésus est le roi éternel (32b).

Regardez le verset 32b. « Le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son père … » Dieu promit à David que de sa racine le Messie viendrait (2Sa 7:12). Néanmoins, David était l’ombre de Jésus, le roi d’amour et de paix. Les rois du monde vivent pendant un bref moment et ils meurent. Mais Jésus devint le roi éternel. Notre roi éternel Jésus détruisit le pouvoir du péché et de la mort. Ainsi, il devint notre roi éternel. Notre roi éternel donne à ceux qui croient en lui, le salut éternel du pouvoir du péché, la vie éternelle et le royaume de Dieu.

Quatrièmement, son règne sera éternel (31-33).

Finalement, Gabriel parla à Marie du royaume de Dieu. Regardez le verset 33. « … il régnera sur la maison de Jacob éternellement et son règne n’aura pas de fin. » Le prophète Daniel écrivit dans sa prophétie apocalyptique sur le royaume éternel de Jésus notre Seigneur (Da 7: 14,18,27). Les rois et les royaumes du monde sont temporels, car ils sont comme des morceaux de bois, d’argile, de bronze, de fer, etc. Il y a rien d’éternel dans ce monde. Cette vérité universelle a été l’agonie des rois des nations dans l’histoire quand ils voulaient garder leur royaume pour toujours. Les royaumes du monde s’effondrent comme du fer mangé par la rouille. Seul le royaume de Jésus dure pour toujours.
L’Angleterre fut agrandie comme un royaume glorieux avec tant de colonies que le peuple a renommé cette nation, « le Royaume-Uni ». Mais maintenant, les gens d’Angleterre ne savent pas s’ils doivent appeler leur pays l’Angleterre ou le Royaume-Uni. Seul le royaume de Jésus est pour toujours. Le Royaume de Dieu est notre destination finale. Quand on a la foi dans le royaume de Dieu, nous pouvons avoir la paix de Dieu dans nos cœurs et vivre comme de saints pèlerins. Après avoir écouté, l’âme de Marie fut portée à entendre le message gracieux de l’ange.

Cinquièmement, « Voici la servante du Seigneur » (34-38).

Quelle fut la réponse de Marie? Regardez le verset 34. « Marie dit à l’ange : ‘Comment cela se produira-t-il ?’ puisque je ne connais pas d’homme?' » Marie n’était pas négative, mais avait une question scientifique. Sa question montre une réponse positive. L’ange lui enseigna au verset 35 : « Le Saint-Esprit viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te couvrira de son ombre. » Quand l’ange expliqua que la grossesse de Marie n’était pas un accident, mais était précisément l’œuvre du Saint-Esprit, Marie accepta le message de l’ange absolument. Maintenant, Marie était prête à répondre au message de l’ange. L’ange continua à dire dans les versets 36,37, « Voici qu’Elizabeth ta parente a conçu, elle aussi, un fils en sa vieillesse, et celle qui était appelée stérile est dans son sixième mois. Car rien n’est impossible à Dieu. » Encore une fois, l’ange convainquit Marie que rien n’est impossible à Dieu. Elle réalisa que son destin était absolument dans la main de Dieu. Elle comprit aussi que même si elle avait rejeté le plan de Dieu, Dieu le porterait de toute façon. Elle aurait pu être très rebelle et rejeter le message de l’ange, mais Marie décida d’obéir. Regardez le verset 38. « Marie dit : Voici la servante du Seigneur ; qu’il me soit fait selon ta parole. Et l’ange s’éloigna d’elle. » Quand Marie dit cela, elle ne le dit pas par ses émotions ou avec une résignation aveugle au destin; elle dit cela sur la base de la promesse de Dieu. C’est un très important point. J’y reviendrai.

Dieu devait choisir une femme pour être la mère de Jésus. De toutes les femmes, Dieu choisit Marie – une femme promise d’être une mariée. Pourquoi ? Était-ce parce qu’elle était si belle, comme l’image de la Joconde ? Non, Dieu la choisit tout simplement parce qu’elle aimait Dieu et était heureuse d’obéir à la parole de Dieu absolument. Une femme obéissante peut être le symbole d’une mère. Donc Marie était la personne la plus appropriée pour être la mère de Jésus. Une femme obéissante à Dieu est vraiment grande. Que Dieu bénisse les femmes françaises à être aussi obéissante que Marie.

Comme épilogue, regardons le poème composé par Marie qui était descendue chez Elisabeth ; en effet, elle voulut voir la grossesse de sa parente selon la parole de l’ange. Ce poème est plus connu sous le nom de Magnificat. Je propose de ne pas l’étudier en raison de contrainte du temps, mais nous allons directement au cantique de Zacharie. Seulement, si nous lisons cette partie de Magnificat, nous sommes émerveillés du fait que cette jeune demoiselle de la campagne a pu atteindre le summum de la connaissance divine, pour chanter « Sa miséricorde s’étend d’âge en âge et il fait descendre les puissants de leurs trônes, élevé les humbles, rassasié de biens les affamés, renvoyé à vide les riches, etc. »

Il y a quelques années, le monde fut consterné par le témoignage exhumé de Mère Thérèsa, qui disait à peu près qu’elle n’était pas assurée à entrer dans le royaume de Dieu et sa vie était entourée d’angoisse et de ténèbres. Comment une femme si dévouée dans le célibat la vie durant put-elle confesser ainsi. Une chose est claire, nous ne devons pas vivre la vie chrétienne selon nos sentiments, ou selon nos contemplations, ou en la consacrant dans les bonnes œuvres philanthropiques sans l’ancrer dans la parole. Elle doit se baser sur la parole de Dieu. Oswald Sanders dit: « Ce que Dieu veut n’est pas d’abandonner toutes nos choses. Sa volonté envers nous est que pour arriver à nous faire accompagner par notre Seigneur Jésus, nous devons renoncer à tout ce qui peut le gêner dans notre vie. » Marie pouvait renoncer à son rêve de mariage pour être instrument de l’œuvre de Dieu.

CCUadmin