HEUREUX, L’HOMME…

Psaume 1 :1-6
Verset clé 1 :2

« Mais qui trouve son plaisir dans la loi de l’Éternel, et qui médite sa loi jour et nuit ! »

Il y a en tout 150 psaumes. Le livre des Psaumes se divise en 5 parties. Quoi que le livre des psaumes se divise en 5 parties, ces 5 parties sont toutes les louanges à Dieu Tout-puissant, et les prières des psalmistes et leurs témoignages personnels à l’amour et la grâce de Dieu. Le psaume 119 est le psaume le plus long avec 176 versets. Les Psaumes 1 et 23 sont les plus aimés des hommes. On utilise Psaume 1 pour la méditation profonde afin que l’homme reçoive de lui des conseils de Dieu et réalise sa destinée finale en tant qu’un être humain en se basant sur le règne souverain de Dieu. D’un autre côté, Psaume 23 est cité surtout aux services funéraires et toutes les sortes d’événements tragiques pour réconforter les âmes humaines. Psaume 1 est un psaume profond et large. Psaume 1 nous enseigne sur la volonté souveraine de Dieu envers l’humanité qui est sa création. De même, il nous enseigne sur le fait que la destinée de chaque homme est déterminée par comment il marche devant les yeux de Dieu.

Premièrement, « heureux l’homme ». Regardez le verset 1. « Heureux l’homme qui ne marche pas selon le conseil des méchants, qui ne s’arrête pas sur le chemin des pécheurs » Dans le monde il y a deux sortes d’hommes. L’une comprend les heureux et l’autre comprend les malheureux. L’homme heureux est aussi l’homme joyeux. Il y a une histoire sur un heureux paysan. Il travaillait dans son moulin et il chantait toute la journée ses chants mélodieux. De là naquit une musique « le joyeux paysan » (Merry peasant) Il était toujours heureux parce qu’il aimait Dieu et aussi ses enfants, et en particulier il aimait sa femme et sa maman. D’un autre côté, il y avait un roi dans son territoire. Mais le roi était très malheureux parce qu’il s’ennuyait trop de sa vie luxueuse. Le bonheur de l’homme ne dépend pas de la condition humaine mais de combien il travaille fort et combien il reconnaît le sens de la vie.

Bibliquement parlant l’homme heureux est celui qui est béni par Dieu. Il y avait une histoire amusante d’une femme d’un pays du tiers monde qui était l’aînée de sa famille. Un jour elle accepta Jésus comme Sauveur et devint chrétienne. Son père était décédé il y a longtemps et elle avait le droit de recevoir quelques millions d’euros comme son héritage. Mais elle n’a rien reçu car sa mère, qui était veuve, ne voulut rien lui donner en raison de sa foi en Jésus. Quand son fils fut admis dans une université renommée de son pays, vu la cherté de la scolarité, elle lui demanda de la soutenir pour l’étude de son fils. Mais la grand- mère de cet enfant refusa. Mais si on remonte un peu, une chose très étrange s’était passée quand il était encore petit. Le garçon pleurait pendant 15 minutes chaque fois que sa grand-mère venait le voir. Et quelques fois il pleurait même pendant une heure jusqu’à ce qu’elle le quittât. Peut-être qu’il ne se sentait pas très bien du fait que la grand-mère était non croyante. Ce qui est encore plus étrange était qu’un chien qui s’appelait petit Mickey qui semblait être toujours heureux se mit à aboyer chaque fois que cette grand-mère venait, et ce si férocement, qu’elle était obligée de partir précipitamment. Elle avait de l’argent dans la banque comme une montagne, mais elle n’était pas accueillie par son petit-fils ni par le chien. C’était vraiment étrange de voir ce gentil petit garçon pleurer le chien petit Mickey aboyer autant contre cette vielle dame incrédule. Peut-être qu’elle était profondément offensée du fait que petit Mickey aboyait continuellement à sa vue. Elle avait une énorme somme d’argent, mais elle était très malheureuse.

Il y a un exemple d’un homme malheureux dans la Bible. Il était un homme extrêmement riche dans la plaine de Juda nommé Nabal au temps de David. Sa femme était cette belle femme Abigaïl. Comme un criminel politique, David errait à l’époque avec sa troupe ici et là dans le désert. Mais étant bienveillant, David protégea les bergers et le troupeau de Nabal pendant un certain laps de temps. Plus tard il voulut se faire fournir quelques matériels nécessaires par Nabal pour sa troupe nécessiteuse, en lui envoyant quelques-uns parmi ses hommes en son nom. Mais Nabal refusa de leur donner, quoi que tous sachent que David était un homme juste de Dieu et qu’il leur ait fourni d’ailleurs la protection de ses biens. Il but pendant toute la nuit et s’amusa de sa richesse en recevant le service de ses serviteurs. Et le lendemain il entendit que David était sur le chemin de monter vers lui avec sa troupe. Tout à coup son cœur s’arrêta et son corps devint raide comme une pierre. (1S 25 :37) Nabal voulait être heureux avec son argent et le plaisir qu’il lui fournit mais cela ne marchait pas comme il voulait. Les gens de ces exemples sont tous les gens malheureux, simplement parce qu’ils n’ont pas de crainte de Dieu dans leurs cœurs.

Mais il y a aussi beaucoup d’hommes heureux même si la vie semble être si difficile à supporter. Parmi les hommes, Roi David semble être un personnage remarquable. En bref, nous pouvons le décrire comme vrai heureux homme et un homme vraiment béni par Dieu. Au temps du Roi David, le fils aîné était honoré. Le second fils était aussi proprement honoré. Mais le cadet de sa fratrie, David, n’était pas honoré. Il était un garçon de commission de son père et parmi ses sept frères aînés (1Sa 16 :7). Quand le prophète Samuel vint pour oindre un roi parmi les fils d’Isaï, il vit d’abord Eliab, Abinadab et Chamma. Isaï les présenta à Samuel parce qu’ils étaient les aînés, et leur apparence extérieure superbe. Mais Samuel dit, « Non. » C’était parce que Dieu dit à Samuel, « l’homme regarde à ce qui frappe les yeux, mais l’Eternel regarde au cœur » (1 Sa 16 :11). Le fils cadet, David, était amené à être oint comme roi d’Israël. Ces jours, les fils et les filles cadettes sont aimés jusqu’à ce qu’ils soient complètement gâtés.

David était oint comme Roi d’Israël. Mais sa vie n’était pas si douce ; Dieu lui donna la divine discipline à travers Roi Saül. Le roi Saül, à cause de sa jalousie de David, fit tout ses efforts pour le détruire jusqu’à ce que Saül se fasse détruire par sa propre épée, au lieu qu’il soit tué par l’épée des Philistins (1 Sa 31 :3). Mais dans sa vie fugitive interminable, David n’était pas malheureux. David était plutôt très heureux. Dans psaume 23 :1 David dit : « l’Eternel est mon berger je ne manquerai de rien ». Encore, dans 23 :4, David dit, « quand je marche dans la vallée de l’ombre de la mort je ne crains aucun mal car tu es avec moi ». Il fut plusieurs fois confronté au moment critique de la vie parce que le roi Saül cherchait à le détruire. Mais il avait la crainte de Dieu et croyait que Dieu le protégerait. Donc, il n’avait peur d’aucune situation adverse. Il était toujours heureux. David était un soldat. Il combattait pour établir le Royaume Uni d’Israël selon la volonté de Dieu. Chaque fois, le combat était si féroce qu’il fut confronté à nombreux moments critiques causés par les ennemis. Une fois, David était presque mort par le soldat Philistin Yichbi-Benod dont la lance était du poids de trois cents sicles de poids de bronze et qui avait une épée neuve à la ceinture. Il était un puissant soldat dans l’armée des Philistins et parla de frapper David. Mais Général Abichaï vint rapidement au secours de Roi David et le fit mourir (2Sa 21 :15-17). Après cet événement, David écrivit la célèbre louange à Dieu qui est écrit deux fois dans la Bible malgré la longueur de plus de 50 versets. David reconnut que tout au long de sa vie le Dieu bon ne l’oubliait pas et venait chaque fois secourut sa vie. Il aurait dû être malheureux à cause des ennemis qui ne cessaient d’en vouloir à sa vie. Mais il n’était pas malheureux à cause des terribles événements. Plutôt, il louait Dieu et remerciait Dieu.

David était oint comme Roi d’Israël et en vint à accomplir la volonté de Dieu en établissant enfin le Royaume Uni d’Israël. Mais il ne s’enorgueillit pas. Comme d’habitudes, il aimait son peuple comme lui-même. Une fois, il était dans un combat dans le processus d’établir le Royaume Uni d’Israël. David se dit à lui-même. « Qui me fera boire de l’eau de la citerne qui est à la porte de Bethléem ? » Dès que ces mots frappèrent les tympans de leurs oreilles, ses 3 vaillants généraux se levèrent et partirent ramener de l’eau de la citerne en faisant une brèche aux camps des ennemis qui encerclait la ville. Etant surpris, David n’osa pas boire de l’eau qu’ils avaient puisée au prix de leurs sang (2Sa 23 :17). David ne put faire que remercier Dieu de lui avoir accordé de tels serviteurs fidèles et braves. Quand nous lisons les psaumes, nous apprenons que la plupart des psaumes étaient composés par David et ils étaient surtout composés au milieu d’ardents combats et guerres. Même malgré l’angoisse des guerres meurtrières, David n’oublia jamais Dieu. Loin de ne penser qu’à être sauvé par son aide, plutôt il ne cessait de louer et remercier Dieu qui l’aiderait et le sauverai. En un mot, il était heureux. Avec cette foi il combattait pour la gloire de Dieu et put enfin établir le Royaume Uni d’Israël selon la volonté de Dieu. David en dit long du secret de la victoire.

Une fois, le fils de David, Absalom se rebella contre lui et s’empara de son royaume (2Sa 15-18). David fuit pour sauver sa vie avec ses sujets. C’était le moment le plus sombre pour David, parce qu’il était trahi par son propre fils Absalom. Sur le chemin, Chimeï, l’homme méchant, maudit le roi David, en lui jetant des pierres (2Sa 16 :6). Le général Abichaï dit au roi David, « Pourquoi ce chien mort maudit-il le roi mon Seigneur ? Laisse-moi donc passer, et je lui couperai la tête » (2Sa 16 :9). David dit, « Laissez-le et qu’il maudisse, car l’Eternel le lui a dit. Peut-être l’Eternel regardera-t-il ma peine et me fera-t-il du bien en retour de sa malédiction d’aujourd’hui » (2Sa 16 :11b,12). Ici nous voyons que David avait la racine profondément jetée en Dieu. Quelle magnifique foi possédait David pour épargner la vie d’un tel homme ! C’était parce qu’il aimait Dieu. Ainsi de multiples hommes puissants le suivaient-ils de tous les coins et de toutes les régions et s’apprêtaient à donner leur vie pour le roi David. Quand David était juste avec Dieu, Dieu le bénit en lui permettant enfin d’établir le Royaume Uni et Théocrate d’Israël, une tâche incommensurable.

Deuxièmement, prendre plaisir de la loi de l’Eternel. Regardez les versets 2-3. « mais qui trouve son plaisir dans la loi de l’Eternel et qui médite sa loi jour et nuit. Il est comme un arbre planté près d’un cours d’eau, qui donne son fruit en son temps, et dont le feuillage ne se flétrit pas : Tout ce qu’il fait réussit. » En tant qu’enfants de Dieu, la 1ère chose que nous devons faire est de méditer la loi de l’Eternel. Dans le verset 2 la loi de l’Eternel se réfère à la parole de Dieu. La parole de Dieu, les 10 commandements (Ex 20) furent donnés à Israël par l’intermédiaire de Moïse. Ces 10 commandements sont devenus la base des lois de toutes les nations, depuis le début jusqu’à ce début du 21e siècle. Autrement dit dans le monde, il n’y a pas de loi. La loi vient de l’Eternel et par elle il donne l’ordre dans ce monde. Par elle, il donne la vie aux hommes. La loi de l’Eternel fait les hommes avoir le discernement jusqu’à pouvoir voir le royaume de Dieu. La parole de Dieu nous fait connaître que Jésus est le Fils de Dieu.

Pourquoi la parole de Dieu est-elle si importante ? C’est parce qu’elle est la parole DE Dieu. La parole de Dieu est tri-dimentionnelle et toutes les autres choses sont bi-dimentionnelles. Toutes choses : littérature, musique, et tous les principes, venaient de la parole de Dieu. Par exemple « Anne Karerine » de Tolstoï est une histoire partielle du sermon sur la montagne (Mt 5-7). « Crime et châtiment » de Dostoïevski est exactement l’histoire de Caïn dans l’ancien testament. « Les misérables » de Victor Hugo est une adaptation de l’histoire de comment Jésus a guéri les femmes malades. « La divine comédie » de Dante est une histoire zoomée d’une partie de la Bible. « Messie » d’Haendel et « Gloria » de Mozart et encore beaucoup d’autres œuvres magnifiques sont inspirées de la Bible. Toutes choses changent. Mais la parole de Dieu ne change jamais. C’est pourquoi nous devons méditer la parole de Dieu jour et nuit. Ainsi nous pouvons nous enraciner dans la souveraineté de Dieu et dans l’amour de Dieu et nous devenons stables. Psaumes 119 : 105 dit « Ta parole est une lampe à mes pieds et une lumière sur mon sentier. » Du point de vue historique le féodalisme, le communisme, le capitalisme, l’impérialisme et le mammonisme ont fait beaucoup de dégâts aux hommes et ces choses sont disparues ou sont en train de disparaître. Même les hommes disparaissent. Mais la parole de Dieu est éternelle (1P 1 :24,25). Alors, jusqu’à quel degré devrions-nous méditer la parole de Dieu ? Nous devons la méditer jusqu’à ce que nos yeux languissent. Psaumes 119 :123 dit « Mes yeux languissent après ton salut et après la promesse de ta justice. »

Quel est le résultat du fait qu’on médite sur la parole de Dieu ? Quand nous méditons sur la parole de Dieu nous en venons à savoir que Dieu a envoyé son Fils unique Jésus-Christ dans ce monde comme le sacrifice de rançon. Finalement Dieu fit répandre son sang sur la croix pour le péché du monde. Quand nous méditons sur la parole de Dieu, nous pouvons réaliser l’amour de Dieu. Quand nous réalisons l’amour de Dieu, nous pouvons aimer Dieu. Nous pouvons aimer nous-mêmes. Chacun peut aimer son conjoint. Les belles-filles peuvent aimer leurs belles-mères et vice versa. Nous reconnaissons que nous recevons le pardon des péchés, nous aussi reconnaissons que nous avons la vie éternelle et glorieuse à travers son Fils Jésus. De plus, nous avons le royaume de Dieu comme notre héritage. Regardez le verset 2. Mais qui trouve son plaisir dans la loi de l’Eternel, et qui médite sa loi jour et nuit !… » Le vrai plaisir vient de ce qu’on médite sur la parole de Dieu. Quand nous méditons sur la parole de Dieu, nous pouvons être vraiment heureux.

Dans un problème fataliste de l’absence d’enfant, la couple de Zacharie et Elisabeth ne devint pourtant pas fataliste, mais se réfugiait constamment dans la parole gracieuse de Dieu. Ils eurent certainement coutume de se réciter l’un à l’autre un verset avant de dormir. Ainsi une nuit, Zacharie se mit à citer Psaume 1 :1, « Heureux l’homme qui ne marche pas selon le conseil des méchants, qui ne s’arrête pas sur le chemin des pécheurs et qui ne s’assied pas sur le banc des moqueurs. » Alors Elisabeth y répondit en citant à son tour le verset suivant, « Mais qui trouve son plaisir dans la loi de l’Eternel, Et qui médite sa loi jour et nuit ! » Enfin, les deux unirent leur voix pour citer le troisième, « Il est comme un arbre planté près d’un cours d’eau, qui donne son fruit en son temps, Et dont le feuillage ne se flétrit pas : Tout ce qu’il fait réussit. »

Troisièmement, un arbre planté près d’un cours d’eau (3) Le verset 3 dit « Il est comme un arbre planté près d’un cours d’eau, qui donne son fruit en son temps, et dont le feuillage ne se flétrit pas : Tout ce qu’il fait réussi. » Ce verset nous enseigne que ceux qui jettent la racine dans la parole de Dieu peut être très fructueux et plein de succès quoi qu’ils fassent, comme un arbre planté près d’un cours d’eau. Avant la conversion, le nom de Paul était Saul, Saul signifie « je suis le plus grand ». Il y avait un homme comme Mohammed Ali qui disait, « je suis le numéro 1. » Il avait une ambition politique. Mais après la conversion il en vint à connaître la parole de Dieu. En particulier, il entendit la parole de Dieu de Jésus Ressuscité. Dieu demanda à Ananias d’aider Saul. Mais il eut peur. Puis Dieu dit à Ananias dans Actes 9 :15,16. « Va, car cet homme est pour moi un instrument de choix, afin de porter mon nom devant les nations et les rois, et devant les fils d’Israël. » Nul doute que Saul dut avoir entendu la parole de Jésus Ressuscité via Ananias sur sa future mission. Sûrement, il dut avoir entendu que Jésus Ressuscité pardonna tous ses péchés. Nul doute qu’il crut qu’il avait reçu la vie éternelle quand il crut en Jésus. Nul doute qu’il crut que Jésus est le Fils de Dieu et par sa crucifixion et résurrection, le Christ Ressuscité lui donnerait le Royaume de Dieu comme son héritage.

Le Christ Ressuscité choisit, dira-t-on, un homme impropre. Un tel homme orgueilleux, Saul devint, pourtant si humble après la conversion et se fit appeler « Paul », un petit homme. Il confessa aussi dans 1Timothée 1 :15, « Je suis le premier des pécheurs. » Vu ce verset, Paul était sûrement le pire pécheur et c’était vrai, parce qu’il persécutait l’église de Dieu. Mais il loua la grâce de Dieu dans 1 Corinthiens 15 :9,10a qui disent, « car je suis, moi, le moindre des apôtres, je ne mérite pas d’être appelé apôtre, parce que j’ai persécuté l’Eglise de Dieu. Par la grâce de Dieu je suis ce que je suis. » A cause de sa foi en Jésus que Jésus est le Fils de Dieu et Jésus sauve les hommes de leurs péchés et les ramène à son royaume, il établit la théologie chrétienne qui était utilisée comme une arme nucléaire spirituelle. Dans sa théologie chrétienne, le livre des Romains est ubiquitairement victorieux, c’est-à-dire où que soit prêché l’évangile. Dieu conquérait le monde, commençant par un homme Paul et sa théologie chrétienne, et puis avec ses suiveurs.

Il y avait un professeur qui a pris Mt 6 :33, « Cherchez premièrement son royaume et sa justice, et tout cela vous sera donné par-dessus » comme son verset clé. Mais il ne vivait pas vraiment ce verset dans sa vie. Sa foi était de sa tête, non de son cœur. Il dissertait sur la bénédiction de Dieu, mais sa foi intellectuelle ne lui profitait pas vraiment, par conséquent il souffrait pendant plusieurs années d’une maladie chronique. Sa femme aussi retint le même verset mais elle s’inquiétait trop de l’argent. Elle souffrait de l’ulcère de l’estomac pendant ces 15 dernières années. Ils avaient la richesse et le renom. Mais ils étaient très malheureux parce qu’ils ne pouvaient pas manger le délicieux repas à cause de leurs conditions physiques. D’un autre côté, il y a une veuve avec sept enfants. Pendant la 2e guerre mondiale, elle avait perdu son mari. Elle travaillait dur et élevait ses sept enfants parce qu’il a cru en la véracité de Mt 6 :33, « Cherchez premièrement son royaume et sa justice, et tout cela vous sera donné par-dessus. » Ses six fils devinrent tous des personnes influentes dans leur pays au niveau de l’éducation nationale par leurs hautes études. Quand elle croyait en la promesse de Dieu en son cœur, Dieu bénit la mère veuve ouvrière.

Croire en la parole de Dieu amène l’homme à être comme un arbre planté près d’un cours d’eau. Vivre dans le monde est la souffrance elle-même. Et les situations du monde changent jour par jour. Il y a beaucoup de difficultés et beaucoup de tristesse dans le monde à cause des problèmes sociaux et personnels. C’est la raison pour laquelle il y a beaucoup d’hôpitaux de malades mentaux, des malades toxicomanes, des alcooliques, et des gens colériques. Mais ceux qui ont la parole de Dieu dans leurs cœurs sont comme un arbre planté près d’un cours d’eau. Pour l’arbre de la sorte, même s’il est frappé par une sècheresse pendant un mois ou deux, il garde toujours la vitalité à cause de l’hydrogène et les éléments nutritifs qu’il absorbe par ses racines jetées dans l’eau. Il en est ainsi de ceux qui s’enracinent dans la parole de Dieu, qui la méditent jour et nuit. Il ne connaît pas la famine du pays, son cœur est toujours épanoui et ne cesse de rayonner dans le pays la lumière de Dieu. Combien est-il merveilleux d’avoir la parole de Dieu dans nos cœurs ! Ces jours-ci nous lisons les Corinthiens le matin. Combien de fois pourtant l’avons-nous étudié? Mais merci Seigneur, car chaque fois que le cœur est renouvelé, Dieu fait descendre sa bénédiction dans nos âmes afin qu’elles soient pleinement rassasiées. Ceux qui ont la parole dans le cœur portent beaucoup de fruits, et ce chaque saison. L’arbre sourit au printemps par ses fleurs, offre l’ombrage aux oiseaux l’été, et en automne fournit les fruits abondants pour en faire régaler les hommes. Il en est de même pour ceux qui gardent la parole dans le cœur. Parfois, ceux qui ont la parole de Dieu dans leur cœur perdent beaucoup dans leur vie réelle à cause de leur foi, et souvent même persécuté sévèrement. Mais quoi qui leur arrive, ils prospèrent parce que Dieu prend soin d’eux. Il y a trop de gens qui disent, « de l’argent, de l’argent, de l’argent ! » Mais ils se désespèrent parce qu’ils savent qu’ils devront mourir sans en apporter une moindre somme. Mais ceux qui dévouent leurs vies à Dieu sont réussis et pleinement heureux. Nous devons être heureux en Jésus. Nous ne devons pas être malheureux, en n’ayant pas la parole de Dieu.

Qu’est-ce qui se passe aux méchants ? Regardons les versets 4-5. « Il n’en est pas ainsi des méchants : Ils sont comme la paille que le vent dissipe. C’est pourquoi les méchants ne résistent pas au jour du jugement, ni les pécheurs dans la communauté des justes. » Le psalmiste décrit les méchants si excellemment. Il compare les méchants à des pailles. Quand le vent souffle, ils disparaissent et nous pouvons trouver qu’il n’y a aucune trace des méchants. Comme nous le voyons, dans le monde, il y a le communisme, le capitalisme, le socialisme, et l’impérialisme. Mais ces choses rendent l’homme hors la loi. Ces jours, beaucoup de divorces se font sans aucune faute dans la cour. Cela montre qu’il n’y a pas de loi. Le peuple dans cette génération est devenu hors la loi comme le peuple d’Israël au pied du Mont Sinaï avant de recevoir les Dix Commandements. Les méchants sont ceux qui ne reconnaissent pas Dieu comme Dieu ou ne reconnaissent pas le serviteur de Dieu comme le serviteur de Dieu. Les méchants sont comme la paille. Dissipé par le vent, leur destination ne sera rien que l’enfer. Voulez-vous être comme les pailles ? Je ne le pense pas. Voulez-vous être les méchants qui finissent par l’enfer ? Je ne pense pas que vous voulez subir le sort des méchants.

En effet, le problème crucial des méchants est le jugement de Dieu. Ils pensaient que la mort est la fin de toutes choses. Ils vivent comme si de rien n’était. Même les religieux vivent comme de rien n’était. L’insouciance totale profitant de plein de privilège, jusqu’à ce que le problème s’éclate. Alors le seul refuge est la mort, après quoi tout sera fini. Même les religieux pensent ainsi. Hélas! ce n’est pas ainsi que ça se passe; après la mort, il y a le jugement. Pendant qu’ils vivaient ils faisaient toutes choses qu’ils voulaient faire. Ils ruinaient les vies de beaucoup de gens innocents. Ils dérobaient l’argent des autres et le cœur enfantin. Regardez le verset 5. « C’est pourquoi les méchants ne résistent pas au jour du jugement, ni les pécheurs dans la communauté des justes. » D’abord, au temps du jugement, ils auront le règlement de comptes devant le juge et toute leur méchanceté sera révélée et ils recevront l’éternelle condamnation. Au final, ils ne peuvent pas aller au royaume de Dieu et être un membre du royaume de Dieu. En d’autres termes, selon la Bible, les pécheurs ne peuvent participer de l’assemblée des justes. Regardez le verset 4 de nouveau. « Il n’en est pas ainsi des méchants : Ils sont comme la paille que le vent dissipe. »

Regardez le verset 6. « Car l’Eternel connaît la voie des justes, et la voie des pécheurs mène à la perdition. » Le verset 6 nous dit clairement les destinées des justes et des pécheurs. Les justes sont bénis et ils sont des gens heureux. Les pécheurs sont des gens malheureux. Après le temps sur la terre, les justes hériteront du royaume de Dieu. Mais les pécheurs périront dans l’éternelle condamnation. Que Dieu fasse de nous les hommes heureux et des hommes bénis.